Des mots simples, une mélodie efficace, une voix tout en sensibilité. Les influences de ce parisien, franco-laotien, sont américaines. Son premier coup de cœur : Ben Harper qui devient son idole. Pour financer ses envies d’EP, il décide avec son manager Christophe et opte ensemble pour le crowdfunding. Kéo finit par réunir quelques fonds pour enregistrer quatre titres. Une surprise pour ses proches puisqu’il ne les avait jamais vraiment avertis de ses projets. Lui le prof d’EPS de Seine-Saint-Denis, ancien boxeur et adepte du Viet Vo Dao !  Kéo est à fond dans l’empathie.

« L’art est fait pour être partagé » assure-t-il. C’est pourquoi il se présente à nous aujourd’hui. Avec l’envie de monter sur scène. Bientôt, sûrement… mais il ne sait pas encore quand, faute de pouvoir « Tout contrôler »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *